La ville tricentenaire

Les médias français se sont maintes fois fait l’écho de la préparation des manifestations du tricentenaire de la création de la ville de Saint-Pétersbourg en 1703. Les festivités commenceront en mai prochain. Pour cet anniversaire exceptionnel, l’ancienne cité impériale s’est refaite une beauté dans des couleurs tendres et douces, crème, jaune clair, rose…C’est magnifique, éblouissant comme une véritable bonbonnière. Impossible de vous décrire, il faudra obligatoirement venir voir pour croire. Que les Normands, qui n’auront pas la chance de venir pour le tricentenaire.

2003 : Tricentenaire de la "belle jeune ville"

Comme déjà évoqué dans ma chronique précédente, on fêtera, en mai 2003, le tricentenaire de cette "belle jeune ville" de Saint-Pétersbourg. En vue de cet événement qui sera célébré avec un faste exceptionnel, la ville impériale se refait une beauté. Un immense chantier est en cours : ici on remet en place de larges trottoirs faits de lourdes dalles en granit rose ; là on réhabilite de fond en comble les immenses gares de la Baltique et de Vitiev ; sur la Neva on restaure également le magnifique Pont Troïsky. Partout on s'affaire. Devant les "immeubles-palais", des kilomètres d'assemblages de tubes métalliques sont dressés sur lesquels des milliers d'ouvriers travaillent, réparant ou repeignant les façades. Le sommet de la flèche dorée de la cathédrale Pierre et Paul, qui culmine à cent vingt mètres, vient d'être rejoint par un impressionnant échafaudage commencé depuis cinq mois. Il en est de même pour la célèbre colonne Alexandre devant l'Ermitage. On éventre les chaussées pour installer de nouvelles canalisations d'eau et de chauffage urbain, on refait l'asphalte des rues, on "câble" les immeubles pour faire face à l'explosion de l'informatique et des nouvelles techniques de communication. Jamais on n'avait vu, auparavant, un chantier d'une telle ampleur pour la rénovation d'une si grande ville. L'ouvrage est titanesque. Dans les quartiers se sont constitués de multiples comités d'organisation qui conçoivent et réalisent des chars pour les défilés, reconstituent des costumes anciens, établissent les programmes des diverses manifestations culturelles et sportives qui marqueront cet anniversaire.

En mai 2003, les fêtes atteindront leur point culminant avec les célèbres "nuits blanches". Chaque jour, 20 heures sur 24 de réjouissances sous les rayons d'un soleil qui brillera 21 heures d'affilée ! Ce sera un moment à ne pas manquer pour les occidentaux. Faut-il rappeler que la décision de Pierre Le Grand de construire sa capitale à cet endroit en 1703 s'explique par la volonté du Tsar d'ouvrir la Russie sur l'Europe de l'Ouest ( le règne de Louis XIV s'est terminé en 1715).

Au printemps prochain, les vagues successives d'Européens et d'Américains vont déferler sur notre ville. Chacun d'entre eux voudra dire :" J'y étais !" A mon humble avis, il n'y aura pas de place pour tout le monde. On dit même que "celui qui partira à la chasse perdra sa place !" ou encore "qui sortira de la ville n'y retournera pas de sitôt !" En ce qui me concerne, par crainte que l'on ne me pique ma douillette place au soleil de minuit, j'ai décidé qu'en 2003 je ne quitterai pas la Russie de toute l'année. A ceux qui veulent faire du tourisme "cool", je conseille de venir dés cette année ou sinon d'attendre 2004… pour le 301e anniversaire. Ce sera bien plus calme et tout aussi intéressant.

Quant aux nuits blanches, qu'on se rassure, elles seront à nouveau au programme des prochaines années, en mai et juin, comme cela a lieu depuis la nuit des temps, depuis le jour où l'axe de la terre s'est brusquement mis à basculer d'avant en arrière vers l'astre solaire. C'est pour cela que depuis lors, l'été il fait jour la nuit et que l'hiver il fait nuit le jour. Certains disent que le Grand Ordonnateur s'est un peu mélangé les pinceaux au soir du …1er jour, à Saint-Pétersbourg…! Saint-Pétersbourg 28/05/2003