Died Maroz et Sniegourotchka
Le mois de décembre pour les enfants russes comme pour les petits Français est l’occasion de rêver, de se réfugier dans un monde merveilleux situé bien loin de celui, souvent triste et compliqué des adultes. Quand arrive le « bout d’an », nos jeunes enfants russes attendent eux-aussi avec impatience que le bon vieillard vêtu d’un grand manteau rouge et blanc leur apporte les jouets qu’ils ont commandés et qu’il déposera la nuit à leur intention au pied du sapin illuminé.

Là s’arrête la comparaison avec votre Père Noël car, en Russie, le personnage a pour nom Died Moroz (prononcer marose), ce qui veut dire littéralement « Vieil homme du gel » On raconte que ce sympathique bonhomme, usé par les ans, chercha un jour de l’aide pour assurer ses livraisons de jouets aux petits enfants russes et non russes sans faire de différence de nationalité ou de religion. Un méchant homme très « nationaliste et xénophobe » lui suggéra alors, pour soulager sa fatigue, de distribuer les jouets seulement aux enfants russes et tant pis pour les autres enfants non russes.

Comme il éprouvait le même amour pour tous les enfants quelques soient leurs origines, le bon vieillard continua à distribuer les jouets comme par le passé. Mais Died Moroz éprouva de plus en plus de difficultés à visiter toutes les maisons ; un jour, il eut l’idée, pour aider à poursuivre ce dur travail, de créer une petite fille avec de la neige. Elle devint son assistante, il l’appela Sniégourotchka, ce qui signifie « petite fille de neige » et l’habilla d’un magnifique manteau bleu. Depuis, ils sont inséparables et la petite distribue avec lui des jouets à tous les enfants vivant en Russie sans exception d’origine ou de couleur de peau.

Snégourotcka est très gracieuse, avec de grands yeux bleus et des cheveux, blonds comme les blés d’or, qui pendent dans son dos, noués en une longue natte. Leur visite, qu’attendent tous les enfants, a lieu chaque nuit du 31 décembre et contrairement à la France - ou Noël est le fruit d’un savant dosage entre paganisme et croyance religieuse – l’événement n’a rien à voir avec la commémoration de la naissance de Jésus de Nazareth.

Certes, en Russie, la fête de la naissance du Christ existe également mais elle a lieu le 7 janvier et a gardé un caractère strictement religieux, concernant uniquement les chrétiens orthodoxes. Ainsi, pour les Russes, la commémoration de la naissance de Jésus et la venue du Père Noël sont deux manifestations festives importantes mais absolument distinctes.

Enfin, dernière précision, aux petits enfants de Russie, inutile de leur faire croire le coup du bon vieillard qui descend la nuit par la cheminée, ils n’ont rien à faire de ces sornettes. Peu importe pour les enfants de savoir de quelle manière Died Moroz pénètre dans la maison, le principal c’est qu’il y soit entré et qu’il ait apporté des jouets. Réduire le rôle du Père Noël à celui d’un ramoneur ? Quelle indignité ! Et la petite Sniégourtchka, «petite fille de neige» vous l’imaginez descendre avec lui le long des conduits calaminés ?

Précision : pour rencontre Died-Moroz et sa gentille assistante, mes jeunes amis français devront venir en décembre et en janvier place du Palais à Saint Pétersbourg.. Vous voyez où se trouve la Néva ? Et bien, c’est juste en face.

Avec la collaboration de Vassilina