Circulation Les gens Culture Evénements Cuisine Gouttières Vidéos Contact Justice Police Religions Folklore Des balalaikas Histoire Tikhvine
Escadrille Normandie-Niemen

C'est le Général de Gaulle qui décida en 1942 la création d'un groupe de chasse aérienne au sein des F.A.F.L (Forces Armées de la France Libre), dénommé "Normandie", pour aller combattre les nazis à partir du front de l'Est. De mars 1943 en mai 1945, près de 100 pilotes volontaires français rejoindront l'URSS. La moitié de ces jeunes Français y perdront la vie, «morts pour notre liberté» (1).

Les forces armées soviétiques mirent à leur disposition les célèbres avions Yak. C'est aux commandes de ces qvions que les pilotes français avaient pour mission d'escorter et de protéger les bombardiers soviétiques. Au cours de 850 missions, ils abattirent 275 avions allemands lors de combats dans le ciel de l’URSS.

En 1944, à l'occasion d'une victoire décisive à proximité du fleuve Niemen, Staline décida de modifier le nom de l'escadrille Normandie (devenue entre temps régiment) en y accolant le terme "Niemen". L'héroïsme de ces jeunes pilotes français souleva une véritable admiration en URSS : - 4 pilotes ont reçu la décoration de "Héros de l'Union soviétique". Le régiment "Normandie-Niemen" a été décoré de "l'Ordre du Drapeau Rouge" et de "l'Ordre Alexandre Nevsky", les plus hautes distinctions de ce pays.

En 1945, après la victoire sur le nazisme, les pilotes survivants sont revenus en France. Les Soviétiques leur permirent alors de regagner leur pays aux commandes des avions Yak donnnés par Staline. Le 20 juin 1945, une foule immense les attendait sur l'aéroport du Bourget, à coté de Paris. Ce jour-là prit fin la glorieuse aventure du «Normandie-Niemen » mais sa légende n'a cessé de s'amplifier.

Aujourd’hui, 60 ans après la Libération, en mémoire de ces héros que les Russes n’ont pas oubliés (2), il convient de continuer à leur rendre hommage. C’est notamment grâce à eux que la Normandie est la «province » française la plus connue en Russie. J’ai bien dit « la Normandie ». Le 6 juin prochain, vous imaginez le président Poutine accueilli par les deux présidents des deux Normandies, la « Haute » et la « Basse » ? C’est alors qu’il pourrait s’étonner : combien de Normandies maintenant ?

Saint-Pétersbourg le 12/04/2004

(1) Le commandement allemand avait donné l’ordre de fusiller sur le champ tout pilote du Normandie-Niemen capturé. Cet ordre fut plusieurs fois exécuté.

(2) Si les Russes n’ont pas oublié les pilotes du « Normandie-Niemen », on ne peut en dire de même des livres d’Histoire publiés en France sous l’égide du Ministère de l’Education nationale…!

NB : Dans la commune des Andelys, en Normandie, un musée est dédiés aux exploits du régiment Normandie-Niemen. Adresse du site internet : http://www.normandieniemen.free.fr

Que sont devenus les avions Yak ?

A propos des avions Yak du Normandie-Niemen donnés par Staline en signe de reconnaissance à la France en 1945, certains s’interrogent : que sont devenus ces avions après leur atterrissage au Bourget en juin 1945 ?

Sur les 40 Yak partis d’URSS, 37 sont effectivement arrivés au Bourget (deux se sont télescopés à Stuggart, un troisième est tombé en panne). Après son retour, le régiment a participé à de nombreux meetings avec les avions car les pilotes étaient très souvent sollicités pour des démonstrations. Puis après trois années, s'est posé le problème des pannes, des pièces de rechange. Comme il aurait été trop onéreux de faire venir ces pièces depuis l'URSS, - d’autant plus que la « guerre froide » venait de commencer - les autorités françaises ont repris la totalité des avions pour les ferrailler dans la région d’Etampes. Un seul yak a pu être sauvé par Constantin Feldzer (ancien pilote du Normandie-Niemen et conservateur du Musée de l'Air situé alors à Meudon avant d'être installé au Bourget). Il a fait le maximum pour qu'un exemplaire de ces avions soit conservé afin d’être exposé au Musée de l'Air. Cet avion a dernièrement été démonté pour être présenté à Moscou entre juin et octobre 2003 à l'occasion de l'exposition Charles de Gaulle. Il est revenu en France en novembre dernier et devrait ultérieurement reprendre sa place au Musée de l'Air au Bourget.

Saint-Pétersbourg le 13/04/2004

NB : les informations ci-dessus ont été communiquées par la Direction du Musée Normandie-Niemen des Andelys.