Armée russe

Embastillez-les tous !

Après l’emprisonnement « manu militari » de Mikhaïl Khodorkovski, PDG du groupe Youkos, l’une des firmes industrielles les plus performantes de la Russie post-moderne, je me suis empressé de sonder mes proches relations afin de recueillir l’opinion des « gens d’en bas » comme dirait Raffarin. Et voici que, devant l’embastillement de ce grand patron, j’ai rencontré une franche jubilation de la plupart de mes interlocuteurs !!! Il semble qu'on ne lui pardonne pas sa réussite dans les affaires et particulièrement dans l’industrie pétrolière. C’est comme un esprit de revanche.

Il faut toutefois se souvenir qu’après l’effondrement de l’ancien régime (pas le tsarisme mais le régime suivant improprement appelé communiste), la plus grande partie du parc immobilier et les installations industrielles du pays n’étaient même pas à vendre mais à donner. A l’ancan !. Un appartement de trois pièces situé sur Nevski (les Champs Elysées de Saint-Pétersbourg) était cédé par l’Etat pour 300.$. Une usine, avec son équipement du XIXème siècle, employant 1.000 ouvriers, était vendue pour quelques roubles symboliques au téméraire qui osait en prendre la direction. On vivait alors en Russie une situation comparable à celle de la France sous le Directoire. Un pays pillé et stérilisé par une bureaucratie communiste incompétente qui, dans son impuissance révélée au grand jour, mise à genoux, passait la main au monde des affaires capitalistes. Qui était alors en mesure de proposer une autre solution, une autre variante ? Qui aurait simplement pris le risque de se ridiculiser en misant sur un redressement de la situation économique ?

Et voici qu’après une douzaine d’années de galère, grâce à ces nouveaux managers risque-tout, les affaires redémarrent, la croissance explose – même si les chiffres ne sont pas comparables à ceux de la Chine voisine - la demande d’accession à la propriété immobilière dépasse de loin l'offre, la nouvelle classe moyenne s’élargit et s’enrichit, elle achète des actions, le marché boursier s’amplifie et les outils bancaires se modernisent. Les usines fonctionnent maintenant normalement et fabriquent – enfin ! -des produits répondant à la demande des consommateurs. Gaz et pétrole sont exportés en quantités importantes. Bref, la privatisation de l’économie a entraîné une transformation radicale du pays.

L’arrestation du PDG de Youkos, en violation des principes de la présomption d’innocence, applaudie par la grande majorité de la population, c’est la réaction, le soubresaut d’un monde qui ne se résout pas encore complètement à passer du XIXème au XXI siècle, c’est l'expression de la nostalgie d’une époque où les produits ne coûtaient rien, ou presque, oubliant simplement que les magasins étaient vides. L’URSS était depuis des décennies une immense friche industrielle. Et voici que, de nouveau, on embastille ceux qui ont commencé à reconstruire sur les ruines. Et voici que des citoyens, dans leur quasi totalité, réclament le châtiment pour les reconstructeurs. « Celui qui dit la vérité, il sera exécuté » chantait Béart…Parions que l’an prochain, V.Poutine ne sera pas élu mais plébiscité… ! En Russie, ce sera le 2 décembre 1852 et il restera encore une longue route à parcourir ! ».

Saint-Pétersbourg – octobre 2003